Pour Carl Joachim Friedrich, la liberté politique individuelle est secondaire par rapport à la liberté de la communauté, car l’homme s’accomplit dans l’appartenance à une ou des communautés. La liberté politique est essentielle, elle est le moteur de la stabilité de l’ordre politique. Un ordre politique sans liberté de participation et sans liberté de création politique ne peut perdurer. C’est une des clés de compréhension des régimes totalitaires, la liberté de la communauté prime sur la liberté individuelle.

Carl Joachim Friedrich sees the individual political freedom as secondary to the community political freedom, for the nature of human being is to belong to one or several communities. But political freedom is crucial, it’s the power engine of the stability of any political order. A political order without freedom of participation and freedom of political creation can not last. This is the key of a comprehensive understanding of totalitarian regimes in which community freedoms have precedence over individual freedoms.

« Carl Joachim Friedrich et la liberté politique : La liberté relative de l’homme dans sa communauté », Mémoire de Master 2, « Philosophie du droit et droit politique », Université Panthéon-Assas, sous la direction de Philippe Raynaud, septembre 2017, par Pierre Georget, consultable et téléchargeable ICI.

 

Pour citer cet article :
Pierre Georget «Carl Joachim Friedrich et la liberté politique : La liberté relative de l’homme dans sa communauté », Jus Politicum, n° 20 [http://juspoliticum.com/article/Carl-Joachim-Friedrich-et-la-liberte-politique-La-liberte-relative-de-l-homme-dans-sa-communaute-1251.html]