Raymond Aron fut un témoin privilégié de la vie politique de la IVe République et de la Ve République. Bien qu’il ne fût pas juriste, sa passion pour la liberté et la démocratie le conduisirent à se saisir des sujets majeurs du droit constitutionnel.  Ses écrits offrent une réflexion passionnante sur la Constitution appréhendée non seulement comme vecteur de liberté et cadre démocratique, mais aussi comme le fruit d’un ancrage historique et social. Ils apportent également un éclairage précieux sur le fonctionnement des institutions. Leur redécouverte par les juristes ne peut que contribuer à nourrir la discussion toujours renouvelée sur le rôle des partis politiques, le perfectionnement des institutions et la vitalité démocratique.

Raymond Aron was a privileged witness of the political life and constitutional history of the Fourth and Fifth Republic. Whilst he was not a lawyer, his passion for freedom and democracy led him to examine the major issues of constitutional law. His writings offer a remarkable approach of the Constitution as a vector of freedom, a democratic framework, and as a result of an historic and social context. They also provide a valuable light on the functioning of the institutions. Their rediscovery by the lawyers can stimulate and enrich the ongoing discussion on the role of the political parties, the improvement of the institutions and the vitality of democracy.

« Les idées constitutionnelles de Raymond Aron », Mémoire de Master 2, « Droit public approfondi », Université Panthéon-Assas, sous la direction d’Olivier Beaud,  juin 2016, par Jeanne-Thérèse Schmit, consultable et téléchargeable ICI.

 

 

Pour citer cet article :
Jeanne-Thérèse Schmit «Les idées constitutionnelles de Raymond Aron », Jus Politicum, n° 18 [http://juspoliticum.com/article/Les-idees-constitutionnelles-de-Raymond-Aron-1173.html]